Victoria Hislop – L’île des oubliés – Book Thérapie #19

l-ile-des-oublies-victoria-hislop

L’île des oubliés, Victoria Hislop, 7,90€ aux éditions Livre de poche.

Traduit dans 26 pays, vendu à 2 millions d’exemplaires et adapté à la télévision grecque, ce livre est incontestablement mon coup de coeur 2016.

L’auteur britannique a d’ailleurs reçu le Prix des lecteurs 2013 et le Prix de la révélation littéraire en Grande-Bretagne pour ce roman. Et tu m’étonnes, c’est génialissime !!!

Synopsis :

Une jeune femme décide de partir en Crète sur les traces du passé de sa mère. En effet, elle ne sait quasiment rien de ses origines. Ce périple va l’emmener à Plaka, petit village authentique de la côte Nord qui lui réserve bien des surprises. Nous assistons avec elle à la découverte de son histoire familiale.

Pourquoi ce livre s’appelle « l’île des oubliés » ?

Il faut savoir que l’histoire repose sur un fait réel : pendant longtemps, les lépreux étaient considérés comme des pestiférés et parqués dans des quartiers insalubres en Grèce. Jusqu’au jour où le gouvernement décida des les expatrier sur l’île de Spinalonga, près de Plaka, en 1904. Une sorte de monde parallèle s’est donc créé pendant plus de 50ans jusqu’à ce que l’on découvre une traitement leurs permettant de reprendre une vie a peu près normale. Depuis 1957 donc, l’île est abandonnée et sert uniquement d’attraction touristique.

l-île-des-oublies-victoria-hislop-roman

Mon avis :

LOVE LOVE LOVE ! J’ai tout adoré: l’histoire, les personnages, les liens entre eux, le lieu, l’ambiance, la longueur du livre, BREF JE SUIS CONQUISE !

J’ai adoré pouvoir suivre une famille sur plusieurs générations. Connaitre l’arrière grand-mère, la grand-mère, la mère et enfin la fille. Cela créer un lien profond, une vrai fil rouge.

On s’attache aux personnages, on souhaite leur guérison, ou au contraire ils nous énerve. On sent l’amour et la fraternité, l’entraide et l’amitié. Les personnages sont sincères, touchants.

J’ai adoré le fait que l’histoire parte d’un fait réel. Comme un devoir de mémoire pour ne pas oublier ces personnes qu’on a délaissé. Cela fait aussi revivre toute cette période de pré et post guerre où l’on peut comprendre et suivre les évolutions, les peurs et les difficultés pour vivre, même si la Grèce n’était pas dans le combat pur et dur.

Mais il y a quand même des similitudes et des codes qui restent identiques malgré les années : les riches qui dépensent et s’enorgueillissent, les rendez-vous quotidiens des garçons au café, les jeunes filles qui veulent trouver un époux,…

Et là apparait l’île des oubliés comme un espace hors du temps, mis à l’écart mais aussi privilégié de ne pas subir l’occupation. les rôles s’inversent et ils se retrouvent plus libres que les non malades.

J’ai adoré que l’on traite un sujet souvent synonyme de dégout et qu’on humanise les personnes atteintes de ce mal. C’est une belle leçon que de croire en l’espèce humaine.  

L’histoire est envoutante, touchante et captivante. Et puis c’est une autre époque, plus dure, plus authentique aussi, où les valeurs de respect et devoirs étaient plus forts.

 J’ai adoré que l’histoire montre qu’à être mauvais, cela se retourne toujours contre nous. Oui moi j’aime les histoires où les gens bons et honnêtes sont récompensés^^.

Que dire de plus, je pense que vous avez compris…

Allez, quelques citations et j’arrête de vous tanner :

 Il suffit d’aimer pour apprendre.

La solitude ne signifie pas nécessairement être seul, on pouvait se sentir seul au milieu d’une foule.

L’avez-vous lu?

Bizbiz

Solène

Laisser un commentaire