Patricia Wentworth – Mine de rien – Book Thérapie #15

patricia-wentworth-mine-de-rien

Mine de rien , Patricia Wentworth, 8,10€ aux éditions 10/18.

Les vacances, c’est synonyme de détente, de découverte, et de lecture bien évidemment. Je n’ai pas lu autant que je l’aurai voulu malheureusement mais j’ai découvert de beaux ouvrages…ou pas. Et c’est le cas du livre de Patricia Wentworth qui me laisse mitigée…

Patricia Wentworth était un auteur britannique née en Inde qui s’est spécialisée dans le roman policier. Elle est surtout connue en France pour sa série de livres consacrée aux affaires de la détective privée Miss Maud Silver. Cet écrivain est décédée en 1961. L’univers de ses livres est donc tinté de comportements et de dialogues très aristo qui démontre l’éducation et les discours de l’époque.

Synopsis :

Le grand-père de Jervis lui lègue son héritage à condition qu’il soit marié avant un certain délai et de préférence avec sa cousine Rosamund sinon tout lui reviendra à elle. Mais 48 heures avant le terme, Rosamund le quitte sans explication… Il va par chance trouver rapidement une nouvelle épouse pour lui assurer sa succession et devra faire face à de multiples « accidents » susceptibles d’attenter à sa vie.

Pourquoi ce livre s’appelle « Mine de rien » ?

Je crois que c’est l’une des premières fois que je ne sais pas trop pourquoi le livre s’appelle comme ça… Est-ce que le titre exprime le personnage de Nan qui « Mine de rien » a une grande place dans la vie de Jervis, ou alors à l’inverse est ce que cela traduit les personnes qui lui veulent du mal mais qui font croire le contraire.

Mon avis :

Points négatifs

Premier point, je déteste les résumés de livre qui crééent de faux espoirs.

« Quarante-huit heures. C’est le temps qu’il reste à Jervis pour trouver une nouvelle épouse. Une fois ce délai écoulé, l’héritage de son richissime grand-père passera entre les mains de Rosamund, son ex-fiancé et cousine. S’engage alors pour les anciens amants un contre-la-montre mortel où les accidents ne relèvent pas de simples coïncidences… »

En lisant cela, je comprends que l’intrigue réside dans le fait de trouver une nouvelle épouse avec, pourquoi pas, son ex-fiancée qui lui met des bâtons dans les roues. Qu’il va réellement il y avoir une course effrénée et peut-être drôle ou cocasse. Mais il n’en est rien. Le passage où il cherche une nouvelle femme est résolu très simplement et rapidement. L’histoire est plutôt orientée sur les nombreux accidents qu’ils subit après ce nouveau mariage. Forcément on pense que Rosamund y est pour quelque chose. Car si Jervis décède, tout lui revient. L’intrigue est là. Est-vraiment elle la coupable ? Quel est la machination derrière ?

Donc sur ce point je suis déçue. On survend une situation qui n’est pas le fil rouge du livre peut-être parce que c’est plus attrayant.

De plus, j’ai trouvé certains points un peu tirés par les cheveux, notamment le mystère autour de la lubie de Nan, la nouvelle épouse. Sans spoiler, elle cache un secret avec tellement d’énergie qu’on penserait que la révélation changera tout. Alors que c’est juste une question de pudeur et j’ai trouvé ça un peu « bidon ». Enfin, une dernière chose que j’ai regretté, c’est qu’on se doute très rapidement de la machination qui se cache derrière tous les accidents, je préfère être vraiment surprise à la fin, mais ça n’engage que moi.

Points positifs

Ensuite, parlons de l’histoire. Les personnages ont tous un rôle important et ne sont pas mis en scène au hasard. Rien n’a été rajouté pour meublé, tous les passages sont utiles et pertinents. La profondeur de chaque caractère est très intéressant et permet une cohésion et un attachement au scénario.

Un point que j’ai adoré c’est l’écriture de Patricia Wentworth. J’adore les romans se passant dans les années 1900, avec des discours distingués, une classe et une élégance à toute épreuve. J’adore la finesse des détails et l’ambiance perçue.

Pour résumer, j’ai quand même passé un bon moment car le style d’écriture me convient et me transporte, et si je devais mettre une note, je me fixerai à 13/20.

Une petite citation pour finir en beauté :

  •  » Je ne cherche pas les choses, je les dis. »

Connaissez-vous Patricia Wentworth ?

Bizbiz

Solène

 

Laisser un commentaire