Le journal d’Anne Frank – Book thérapie #2

Le journal d’Anne Frank, 7.10€ aux éditions Livre de poche (Edition spéciale 70 ans).

Qui ne connait pas Anne Frank, cette jeune juive pleine d’énergie et de rêves qui a vécu avec sa famille dans une dépendance cachée durant la Seconde Guerre Mondiale ?!

Un peu d’histoire : la guerre 39 – 45 est le conflit qui a causé le plus de pertes humaines avec un lourd bilan de plus de 60 millions de morts. Hitler est à ce moment-là au pouvoir en Allemagne et voue une haine raciale envers les juifs principalement. L’extermination appelée Shoah va tuer entre 5 et 6 millions de juifs (40% des juifs dans le monde).

Et dans tout ça, Anne Frank ! Elle et sa famille sont partis vivre à Amsterdam afin d’échapper à l’Allemagne Nazie. Leur vie y est prospère et son père, Otto, tient une entreprise d’épices et de pectines (destinées à la préparation de confitures). Mais lorsque l’Allemagne envahit les Pays-Bas, la société passe officiellement sous le contrôle d’employés chrétiens et les Frank se réfugient dans une annexe attenante aux bureaux. Ils seront rejoints par la famille Van Pels et le docteur Pfeffer. Les salariés subviendront à leur ravitaillement pendant plus de deux ans.

Le 4 Août 1944, la cachette est découverte et les huit clandestins envoyés dans des camps de travail. Seul Otto en reviendra vivant.

journal d'anne frank
Journal d’Anne Frank. copyright www.annefrank.org

Au cours des ces deux années, Anne Frank va écrire consciencieusement un journal qu’elle considérera comme son allié, son refuge. Elle y couchera ses joies et ses peines, ses interrogations quant à la condition juive, et son projet de devenir écrivain.

Ce livre est très important pour moi. C’est LE livre qui m’a donné goût à la littérature. Du haut des ses 13 ans, Anne avait une fluidité d’écriture et une capacité à transmettre l’émotion très étonnante pour son âge. Ses réflexions sur la condition juive et le monde sont justes et recherchées. Plus qu’un journal, c’est un véritable talent d’écriture qu’Anne déroule au fil des pages. Elle sait jouer avec les mots et rend ses écrits puissants et plein d’espoir. Car Anne a toujours cru en la fin de la guerre et n’a jamais baissé les bras. Pendant sa clandestinité, elle se voit « comme un oiseau chanteur dont les ailes ont été brutalement arrachées et qui, dans l’obscurité totale, se blesse en se heurtant aux barreaux de sa cage étroite. »

C’est un véritable cri du coeur qui nous prouve une fois de plus que l’écriture peut être salvatrice et libératrice. Selon ses propres mots : « la chose la plus merveilleuse […] c’est que je peux écrire tout ce que je ressens, sans cela j’étoufferai. »

5 choses que vous ne savez probablement pas sur Anne Frank :

Son vrai prénom est Annelis Marie.

Si Anne était encore en vie, elle aurait aujourd’hui 86 ans.

Selon certaines rumeurs, la personne ayant dénoncé la cachette des Frank pourrait être la sœur de Bep, l’une des employées qui ravitaillait l’annexe. Elle aurait collaboré plusieurs fois avec les nazis et manifestait une aversion pour les juifs…

Il existe deux versions du livre, dont une co-écrite par son père, Otto.

Anne avait commencé à réécrire son journal suite à un appel radio lancé par le ministre de l’éducation néerlandais qui invitait à conserver les écrits de guerre. Elle souhaitait en faire un roman intitulé « l’Annexe ».

Ajoutez à cela que c’est une histoire authentique et regardez le film adapté, VOILA, vous avez eu votre dose d’émotions pour au moins 2 semaines easy! Un de ses vœux aura malheureusement été réalisé : « Je veux continuer à vivre, même après ma mort. »

Et pour finir, quelques citations :

« La paresse séduit, le travail satisfait. »

» Quelle qu’elle soit, vous êtes prié de parler doucement et d’employer une langue civilisée, donc pas l’allemand. » (extrait du règlement de l’Annexe)

» Celui qui est heureux peut rendre heureux les autres. Celui qui ne perd ni courage ni confiance ne périra jamais dans la misère. »

« Les hommes sont nés avec l’instinct de détruire, de massacrer, d’assassiner et de dévorer. »

« Je ne croirais jamais que seuls les hommes puissants, les gouvernements et les capitalistes soient responsables de la guerre. Non, l’homme de la rue est tout aussi content de le faire autrement les peuples se seraient révoltés depuis longtemps. »

Et vous, quel livre témoignage vous a le plus ému ?

Bizbiz

Solène

Laisser un commentaire