Jublains, Ste-Suzanne : un WE 100% mayennais ! 1/2

Je me souviens d’une ville, avec des vestiges romains assez impressionnants… Je me souviens que j’y avais été dans le cadre d’un voyage de classe de latin (veni vidi, vici,…quels beaux restes^^), je me souviens qu’on y avait été en bus, donc c’est forcément pas loin ! BINGO : c’est Jublains, non loin de Laval ! Pour la Saint-valentin, nous sommes donc rentrés dans les terres le temps d’un week-end pour découvrir ou redécouvrir ce site chargé d’histoire.

JOUR 1:

Samedi 11h, nous voila partis sous la pluie avec l’espoir que le vent chassera ce sale temps… Quels petits naïfs sommes nous !

Après 2h30 de route, nous arrivons à la chambre d’hôtes que nous avions réservé à Jublains même. Les propriétaires, Mr et Mme Quesne, nous avaient préparé une super chambre dans une petite maison attenante à la leur. Lit à baldaquins, méga grande salle de bains privée, cuisine à disposition, tout était parfait pour passé un bon séjour. Petite info en plus, notre chambre est aménagée aux normes handicapées, ce qui n’est pas toujours courant dans les chambres d’hôtes (avis aux intéressés^^). Une autre chambre est également disponible avec le même accès à la cuisine.

chambre d'hôtes jublains quesne le gasseau

Après un petit pic-nique rapide, nous commençons la visite par le musée archéologique se situant à à peine 500 mètres de notre logement.

Le musée archéologique de Jublains

musee-archeologique-departemental-de-jublains
        Crédits photos : www.musee-france.fr

Un petit film de 10 minutes nous plante le décor : nous foulons le sol de l’ancienne capitale romaine du peuple des Diablinthes, peuple implanté dans la partie nord de la Mayenne à l’époque Gallo-romaine. (Les habitants de Jublains s’appellent d’ailleurs comme ça encore aujourd’hui… fin de la parenthèse). Cette capitale était le carrefour de nombres routes menant autres villes voisines tels Tours. Elle connaitra un déclin progressif à partir de 150 après J.C face à une concurrence trop importante tels que Le Mans. De plus, elle se trouve loin des nouvelles grandes routes.

On nous explique que des fouilles sont encore organisées chaque année car l’on retrouve sans cesse de nouvelles traces de vies romaines que ce soit à travers des objets ou des constructions. Depuis 2010, par exemple, un rectangle de terrain appelé Domus (Demeure) est l’objet de vastes recherches archéologiques, mettant à jour d’anciennes fondations et de multiples objets. Cette « maison » couvre pour l’instant près 1300m2… Une petite bigotte quoi ! Les fouilles sont organisées en juillet, nous n’avons donc pu voir qu’un amas de bâches et de pneus^^.
monnaie diablinthes jublains musée archéologique

 

Le musée met en avant des expos temporaires annuelles sur un thème archéologique bien sûr. Je ne vous parlerais pas de celle-ci car elle était consacrée aux sculptures d’hommes et des dieux dans l’antiquité et ça ne m’a pas réellement intéressé. Donc direction l’exposition permanente qui fait état de tous les objets et traces de civilisation recueillis à ce jour. Et là, beaucoup d’émerveillements quant aux outils utilisés, aux bijoux portés ou à leur style de vie en général. Y’a pas à dire, on n’a pas inventé l’eau chaude, eux oui : nous utilisons le même style de monnaie sonnante et trébuchante, nous portons des bagues et broches similaires aux leurs, nous découpons notre viande avec la même forme de couteaux… Malgré l’évolution rapide de notre civilisation actuelle, les fondamentaux reste les mêmes.
La forteresse

Le musée archéologique donne un accès direct sur un des grands mystères de Jublains : la forteresse. Alors en gros, vue du ciel ça donne ça:

forteresse romaine Jublains
Crédit photos : www.saint-georges-le-flechard.fr

Ce site est très bien conservé mais il pose des problèmes d’interprétation. En effet, il est composé de 3 éléments qui ne donne pas les mêmes indications quant à l’usage du lieu. Ils n’ont de plus pas été construits sur les mêmes périodes…

 

 

 

forteresse jublains panoramique

 

  • La structure du bâtiment central porte à croire qu’il était utilisé comme entrepôt d’objets précieux : l’épaisseur des murs, le système de verrouillage des portes, les 4 tours défensives. C’est la structure la plus ancienne. Ce qui est étonnant, c’est que des thermes étaient installés dans ce bâtiment, avec un grand bassin et un plus petit, sans doute pour le personnel. L’endroit était donc habité.

forteresse jublains

 

  • La deuxième partie de cette forteresse est un rempart en terre associé avec un fossé (disparu aujourd’hui). Il a sans doute été mis en place afin de protéger les biens entreposés contre la piraterie très fréquente à cette époque. (Vous pouvez la voir sur la photo aérienne).
  • Les derniers travaux réalisés ont été la construction d’une muraille en pierre autour des deux premiers éléments, peut-être afin de faire du lieu un emplacement militaire. L’ouvrage ne sera pas achevé et sombrera en même temps que le déclin de la ville.

Ce lieu est assez impressionnant par la qualité des vestiges. On y voit déjà toute la technique de construction des portes notamment, des portes très petites d’ailleurs… Quelle était la taille standard à l’époque? (1m65 ça ne passe pas ^^) L’épaisseur des murs donne aussi à réfléchir… Combien d’hommes étaient nécessaires pour construire ces imposants bâtiments ? Qu’y avait-il réellement dans cet office ?

Les thermes

Nous sommes ensuite ressortis du musée pour aller voir les anciens thermes publics situés sous l’actuelle église, construite vers le 5ème siècle après J.C et reconstruite dans les années 1870.

thermes jublains romains

 

Plusieurs salles constituent ce lieu de loisir et de détente semblable à nos hammams et saunas actuelles: des bains chauds et froids et une pièce tiède de transition. Le chauffage des pièces se faisait par le sol (oui chauffage au sol svp !) avec un système d’air chaud, très ingénieux pour l’époque.

Par contre, que l’on soit clair, le peuple venait bien se laver dedans et non uniquement se détendre. Pour ainsi dire, tout le monde faisait trempette dans la même eau, donc bonjour les maladies : AFFREUX ! Les lieux n’étaient généralement pas mixtes : les femmes le matin, les hommes le soir, ou inverse. Car mélanger ses microbes je dis OUI ! Mais avec pudeur svp !

Nous sommes ensuite allés voir le temple mais celui-ci ne m’a pas réellement interpellé. Et vu la pluie qui n’arrêtait pas, nous sommes rentrés au gite pour nous reposer en attendant d’aller manger.

La crêperie L’Orgetorix

Ce qui est assez drôle dans ce petit village de 700 habitants, c’est que tous les commerces ont joué le jeu et ont des noms symbolisant l’époque gallo-romaine : La boulangerie est « La huche romaine », le coiffeur se nomme « Les ciseaux d’or » et la crêperie répond au doux nom de « l’Orgetorix » (un riche habitant ayant financé la construction du théâtre).

creperie jublain l'orgetorix

Nous y avons passé une très agréable soirée : accueil et service très convivial (désolé de ne pas avoir ramené nos assiettes, la prochaine fois ^^). Un guitariste était présent pour l’occasion avec un répertoire entrainant. Les plats étaient simples et maitrisés et le prix plus que raisonnable ! Merci de ce beau moment.
Voilà pour la première journée à Jublains ! La suite fin de semaine avec le théâtre de Jublains et la visite d’un des plus beaux villages de France : Sainte-Suzanne ! 🙂

Bizbiz

Solène

Laisser un commentaire